SAINT DIDIER

 Saint Didier, originaire d’Aquitaine, était proche parent de la reine Brunehaut, et possesseur d’un grand nombre de terres. Placé sur le siége d’Auxerre après la mort de saint Aunaire, il se montra plein de zèle pour la gloire de Bien, augmenta considérablement l’église de Saint-Etienne, sa cathédrale, y fit élever un grand dôme du côté de l’orient, et embellit le sanctuaire d’or et d’ouvrages en mosaïque. Ce saint prélat institua sa cathédrale héritière d’une grande partie de ses biens : l’acte de ce testament existait encore au IXe siècle

Comme il avait choisi l’église de Saint-Germain pour sa sépulture, à l’exemple de ses prédécesseurs, il lui fit aussi des legs considérables. Il distribua le reste de ses biens aux autres églises des environs d’Auxerre, et aux pauvres qu’il aima toujours beaucoup. Après avoir gouverné son diocèse pendant dix-huit ans et vingt-cinq jours, il cessa de vivre le 21 octobre 621. A sa mort, on compta qu’il avait affranchi plus de deux mille serfs. Ses reliques furent retirées de Saint-Germain et données à l’église de Moutiers-en-Puisaye, le 16 août 1035; mais elles eurent le même sort que reliques de son prédécesseur : les Huguenots les dispersèrent. Le nom de saint Dédier se trouve dans 1e martyrologe que Nivelon, moine de Corbie, écrivit au IXe siècle.

Evêque précédent

Retour à la liste des évêques

Evêque suivant

Retour au sommaire